Retour sur le blocage ferroviaire contre le projet de GNL Québec

Du Collectif Emma Goldman

Jeudi dernier, le 5 novembre, des opposants et opposantes au projet de GNL Québec ont décidé d’émettre un autre avertissement aux promoteurs et aux actionnaires qui salivent déjà à l’idée d’engranger les millions en profit une fois que le gazoduc et l’usine seront mis en fonction. Cette fois, la mise en garde se voulait un peu plus percutante. Après tout, ces gens comprennent seulement le langage du profit et de l’argent, donc c’est à ce niveau qu’il faut attaquer. Pour ce faire, des défenseurs de la Terre du peuple Innu ainsi que leurs allié-e-s ont bloqué pendant près d’une heure la voie ferrée Roberval-Saguenay, obligeant le Canadien National (CN) à suspendre ses opérations [1].

Même si l’action visait plus précisément GNL Québec, il est important de rappeler que c’est ce chemin de fer, dont la portion qui fut bloquée hier près du boulevard Talbot à Chicoutimi, que Métaux BlackRock veut utiliser pour transporter son minerai des environs de Chibougamau vers le port de Grande-Anse à La Baie. Le message de l’action est clair : il n’y aura pas de projets extractivistes sur le territoire non-cédé du Nitassinan. Le saccage du territoire et de la vie qui s’y trouve n’est pas une option, même si les promoteurs font miroiter des billets verts et une poignée d’emplois en retour. Tant et aussi longtemps que le projet de GNL Québec n’est pas annulé, les actions comme celle-ci vont se multiplier et augmenter en intensité.

Malgré la suspension des opérations, la mobilisation de plusieurs policiers dont 6 autopatrouilles et des employés du CN, l’action avait une forte saveur symbolique. D’autant plus que les chemins de fer ont été un outil utilisé par le gouvernement colonial canadien pour étendre son emprise sur tout le territoire qui deviendra le soi-disant Canada, engendrant ainsi le génocide des Premiers peuples.

Le premier avertissement est donné, la suite viendra.

[1] Le chemin de fer Roberval-Saguenay appartient à Rio Tinto, mais le Canadien National utilise une partie du réseau, entre autres entre Jonquière et La Baie.